Aucune pierre ne brise la nuit

Aucune pierre ne brise la nuit

Frédéric Couderc

Héloïse d'Ormesson

  • 10 juillet 2018

    Conseillé par Stéphanie

    1998. Le Havre. Musée d’Art moderne. Ariane, épouse de diplomate, professeur d’arts plastiques dans un collège parisien, croise Gabriel au détour d’un tableau et d’un incident. Ils ont un point commun : l’Argentine.

    Gabriel l’a fui il y a vingt ans, Ariane y a vécu et adopté sa fille désormais étudiante. Hanté par la disparition de sa compagne, Gabriel a choisi l’exil. Expatriée pendant des années, Ariane et sa famille ont opté pour un retour définitif en France. Une lettre, et un nom dans un agenda oublié vont faire exploser leurs certitudes et les rapprocher inexorablement chacun dans leur quête.

    Bébés volés, combat des Grands-Mères de la Place de Mai, Perón, Videla, liens entre dictature et anciens de l’OAS… Frédéric Couderc nous plonge dans une Histoire dont les plaies n’ont pas encore cicatrisé et qui nous captive.


  • Todos somos HIJOS

    Ça commence par un coup de foudre. Beau et romantique. De ceux qui font la vie magnifique, lumineuse. Lui, exilé argentin. Elle femme de diplomate. Il a fuit la sanglantes Argentine de Videla. Elle découvre que sa fille adoptive a - probablement - été achetée à un tortionnaire sous cette même dictature. Et ce qui aurait pu, aurait du, être une belle et tendre histoire d'amour va devenir pour chacun une quête de vérité et de justice. De celles qui nous dépassent, nous transforment ou nous détruisent.
    Frédéric Coudert aborde avec intelligence et humanité l'horreur et l'indicible. A l'heure où l'Espagne ouvre enfin le procès des enfants volés de la dictature, ce livre nous rappelle avec force notre responsabilité collective dans ces drames et le besoin impérieux de vérité des victimes pour se (re)construire. Et nous offre à grands coup de baffes - nécessaires - un grand roman. Troublant, beau et douloureux.