Le Dernier thriller norvégien

Le Dernier thriller norvégien

Luc Chomarat

Manufacture de livres

  • 30 octobre 2019

    physique quantique, policier

    Delafeuille, l’éditeur parisien, débarque à Copenhague pour y rencontrer le maître du polar nordique, au moment même où la police locale est confrontée à un redoutable serial killer : l’Esquimau.

    Coïncidence ? A peine installé à l’hôtel avec le dernier roman de l’auteur, Delafeuille découvre que la réalité et la fiction sont curieusement imbriquées… et qu’il pourrait bien être lui-même, sans le savoir, un personnage de ce thriller nordique.

    Tueur fou, flics au bord de la crise de nerfs, meubles Ikéa, livre à tiroirs, tempête de neige, ours polaires, Sherlock Holmes et la petite fille aux allumettes : l’auteur nous livre une épopée littéraire jubilatoire sur fond de physique quantique.

    Je me suis régalée avec les noms pleins de consonnes et l’inspecteur Bjonborg, les personnages qui semblent inventés au fur et à mesure et qui reprennent des stéréotypes. Mais l’action se déroule-t-elle à Copenhague ?

    En tout cas, la Carlsberg coule à flot, les personnages masculins ont tous la mâchoire carrée, les épaules larges et le poil ras, et Andersen est le plus grand génie de la littérature.

    J’ai aimé les réflexions des personnages sur la future littérature digitale : avenir ou fléau ?

    Bref, un excellent moment de lecture qui revigore les méninges.

    L’image que je retiendrai :

    Le personnage principal a une attirance particulière pour l’ASSE.

    Quelques citations :

    Si Bach avait pu de mander son avis à tout le monde, nous n’aurions pas cette merde de Clavier bien tempéré. (p.132)

    Cela nous rappelle que l’écriture est le lieu de tous les possibles, et pas celui d’un exercice comptable comme on essaie de nous le faire croire aujourd’hui. (p.141)

    Notre ami Grundozwhzson, apparemment marqué par les travaux de Niels Bohr, semble avoir pris sur lui d’appliquer certains des présupposés de la mécanique quantique au thriller, notamment le principe de superposition et le principe d’incertitude. (p.196)

    https://alexmotamots.fr/le-dernier-thriller-norvegien-luc-chomarat/


  • 26 octobre 2019

    Conseillé par Célia

    À tous les lecteurs de polars : voici une lecture décalée qui vous mettra en joie !

    Luc Chomarat signe ici un pied de nez mordant aux fameux thrillers nordiques qui emplissent les rayons des librairies depuis quelques années.

    Il se joue de ses personnages – qui savent que ce sont des personnages et qui font tout pour se défaire de l'emprise de l'auteur ! Cela donne, vous l'imaginez bien, des situations aussi improbables qu'hilarantes.

    Cette mise en abyme évolue dans une atmosphère nordique, avec son lot de noms imprononçables, de blonde à forte poitrine et de meubles Ikea.

    Ne vous y méprenez pas, malgré sa forme un peu particulière, c'est une véritable intrigue qui vous attend !


  • par (Libraire)
    17 juillet 2019

    Dans la lignée de Fabcaro : drôle, impertinent, absurde et décalé !

    Cassandre


  • par (Libraire)
    25 juin 2019

    Pourquoi norvégien puisque l'histoire se déroule à Copenhague? Mais est-ce vraiment Copenhague?
    Ne serait-ce pas plutôt l'arrière-fond du thriller scandinave générique? Ou un rêve (cauchemar) français sur ce genre si prisé et qui apporte pas mal d'argent aux éditeurs ayant la chance d'avoir une vedette dans leur écurie?
    Delafeuille, un pro de la vieille école, est là pour le compte des éditions Mirage. Il doit négocier un contrat avec le mystérieux Grundozwkzon, auteur de thrillers à succès. Il y a aussi deux confrères de maisons d'éditions rivales dans le même hôtel. Où l'on rencontre Sherlock Holmes. Quand Delafeuille proteste que sa présence est impossible parce qu'il est un personnage de fiction Holmes répond:
    -Si je suis un personnage de fiction, je peux faire ce que bon me semble, y compris voyager à travers les siècles.
    Élémentaire, mon cher lecteur.
    Et Delafeuille lui-même de se retrouver 'personnage de fiction'... Il a beau avoir une grande expérience littéraire et connaître toutes les ficelles de l'édition, c'est quand-même inquiétant. Sans oublier le tueur en série qui sévit à Copenhague selon les règles du genre. Les clichés s'accumulent, les ennuis aussi...
    Loufoque et drôle, un divertissement sur le thème 'thriller scandinave'.