Heureux les heureux

Heureux les heureux

Yasmina Reza

Flammarion

  • 19 juin 2019

    « Heureux les heureux », de Yasmina Reza : un rire de barrage

    Dans « Heureux les heureux », la romancière et dramaturge, au sommet de son art, met en scène une petite troupe de personnages en guerre contre leur vie même, et que seul l’humour soutient.
    Voir la suite sur lemonde.fr


  • 28 février 2013

    Avertissement : attention, l’abus de morosité nuit gravement au moral. Par exemple avant cette lecture vous souriez, après : vous déprimez… Alors si en plus vous traversez une mauvaise passe, passez votre chemin !

    En vingt-et-un courts chapitres, nous découvrons des scènes du quotidien d’une dizaine de personnage tous reliés par un fil familial, amical ou social. Chaque chapitre s’arrêtant sur l’un d’eux. Les premières pages de ce livre m’ont agressée. Une scène de dispute dans un supermarché entre un couple à partir de rien, d’une banalité. Le caddie est poussé, le bras de la femme est pris violemment, des propos sortent les dents serrées, la mâchoire crispée. Cette entrée en matière m’a crispée et a probablement joué sur le reste de ma lecture tant la violence de cette scène était palpable. Dans les monologues de ces personnages s’expriment une solitude gluante, un isolement terrible, du désespoir. Une maîtresse aimerait rompre mais n’y arrive pas,des parents cachent l’internement de leur fils qui se prend pour Céline Dion, un homme et une femme conversent dans la salle d’attente du cancérologue (à savoir qui remportera le trophée de la maladie), le spécialiste étant un homosexuel qui aime les prostitués du Bois de Boulogne.
    Ces récits mis bout à bout, sans début et sans fin sont comme des films courts. Aucun des personnages n’a de problème d’argent ou est au chômage, tous ont une vie matérielle confortable.

    J’ai eu du mal à faire le lien entre eux mais surtout la morosité qui découle de ce livre m’a imprégnée. L'écriture de Yasmina Reza est linéaire et renforce le sentiment d'impuissance du lecteur. Voilà c'est ça, je me suis sentie une spectatrice impuissante à qui l'on fait porter tout cet accablement. Je ne vis pas dans une bulle ouatée et rose mais ce livre est déprimant et pire sans une once d’espoir.


  • par (Libraire)
    24 janvier 2013

    Formidable !

    Heureux les heureux est un étourdissant roman choral où le couple est ausculté et mis à nu avec brio. Sous une plume acérée au subtil humour noir, c'est aussi un texte d'une grande vivacité et percutant.