Fourmidable

Jo HOESTLANDT

Thierry Magnier

3,90

68 était une fourmi noire comme les autres : du matin au soir, elle travaillait, sans jamais s'arrêter. Jusqu'au jour où elle rencontra Bouda, un puceron un peu bavard qui, petit à petit, amènera 68 à poser un regard neuf sur le monde qui l'entoure.


Mamamé, suivi de l'Ancêtre

suivi de l'Ancêtre

Espaces 34

7,50

La relation d’un enfant avec une personne âgée de sa famille est au cœur de ce diptyque dont chacun des textes est autonome.

Dans Mamamé, l’enfant est en visite chez sa grand-mère, tendre, chaleureuse, et solaire. Au rythme de la journée, ils échangent sur les petits faits du quotidien. Et avec elle, l’ordinaire devient magique.

Dans L’Ancêtre, c’est un grand-père inconnu qui vient habiter dans l’appartement familial. Venu d’une autre contrée, témoin de l’Histoire, il reste silencieux et solitaire, comme le gardien d’un secret. Et avec lui, l’ordinaire devient étrange.

Ces deux pièces aux couleurs distinctes parfois se rejoignent, parfois se font écho. Il est question de transmission et d’héritage des générations. Un regard sensible et lucide sur la construction de l’identité à partir de ses racines.


VERTE

Le Huche Magali / De

Rue de Sèvres

14,00

À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu’elle veut être quelqu’un de normal et se marier. Elle semble aussi s’intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu’elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C’est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte,puisqu’elles ont l’air de si bien s’entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu’ils dépassent les espérances d’Ursule. Un peu trop, peut-être. BD Jeunesse.


La clochette du mandarin
15,50

Fang et Wei ont beau trimer pour leur riche voisin de l’aube au crépuscule, ils ne récoltent que faim et épuisement. Ils se rendent un jour chez un mandarin, capable dit-on de changer la vie de ses visiteurs. « Agitez la clochette que voici, annonce le vieux sage, et un très vieil homme mourra, à l’autre bout du pays. Nul ne le saura, et vous hériterez de sa fortune. »


Ma grand-mère est une terreur
8,50

On l'appelle Mémé Kalashnikov ! Car la grand-mère de Louis est une terreur, il déteste passer des vacances dans sa maison au fond des bois, sans télé ni rien. Mais cette fois-ci, il ne va vraiment pas s'ennuyer. Car sa grand-mère, moitié sorcière moitié activiste politique, s'oppose à la construction d'une route près de chez elle. Avec son chaudron magique, sa faucille et son marteau, elle ne craint personne ! Du rire, de l'aventure et un soupçon de fantastique pour les jeunes lecteurs.