Le « Je » des lettres
EAN13
9782383264286
ISBN
978-2-38326-428-6
Éditeur
Les trois colonnes
Date de publication
Collection
TRC.3 COLONNES
Nombre de pages
112
Dimensions
21 x 14,8 cm
Poids
147 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le « Je » des lettres

De

Les trois colonnes

Trc.3 Colonnes

Offres

Autre version disponible

Je me suis toujours intéressé aux mystères des mouvements et des rebondissements des choses et des êtres ; depuis leur embryon initial jusqu'à la formation d'une classe sociale, d'un groupe animal, d'un être humain normal, d'une phrase banale ou d'un texte original. Dans ces derniers cas, ce sont les mouvements des lettres de l'alphabet qui sont en cause, car la possibilité de leurs combinaisons à l'infini peut engendrer des merveilles comme des racailles. Et il s'agit de tous les alphabets que compte le monde, que ce soit celui du patois ou celui du chinois, c'est le même processus qui mène au même résultat. À ce titre, les deux premières lettres de notre alphabet français en est un exemple patent. La preuve, c'est que chaque fois que le B passe en premier et surclasse sa voisine A pour produire un mot et s'exprimer, il ne fait que babiller, balbutier, bafouiller, bavarder et baragouiner. C'est-à-dire tout, sauf la bonne parole et la bonne communication qui restent, par excellence, le but ultime de chaque alphabet. Et c'est cette raison qui m'a poussé à essayer de toucher de près les autres lettres en piochant au plus profond d'elles pour savoir de quoi elles sont capables tant en bien qu'en mal. Le résultat fut superbe dans la mesure où chaque lettre s'est révélée capable de jouer le sujet, le verbe et le complément tout en restant dans son élément. À vrai dire, il faut être une lettre pour connaître ce qu'est le sentiment de chacune d'elles une fois qu'il leur arrive de déplaire aux règles de l'orthographe et de la grammaire ou au contraire satisfaire un littéraire par une belle allure aussi claire qu'exemplaire. Personnellement, après avoir caressé et essayé de dresser ces lettres, j'ai eu la certitude qu'elles ont leur nature et leur tempérament, leur âme et leur esprit, que certaines s'attirent entre elles, alors que d'autres s'éclipsent et se repoussent volontiers, pour faire place à celles qui poussent en douce et sans appel à la rescousse. Et ce, rien que pour la beauté de la vue et la finesse de l'ouïe. Oui, les lettres ! Et elles le font mieux que les êtres.

Né en 1963 à Taounate, une petite ville du nord du Maroc, Fadi HAIK est titulaire d'un DEUG en physique-chimie, d'une licence en droit public, d'un mastère en droit des affaires, et d'un diplôme des Études Supérieures Approfondies en Relations Internationales. Il est nommé magistrat militaire en 1998, puis directeur de la justice militaire à l'Administration de la Défense Nationale et enfin procureur général du Roi. Cet ancien colonel est aujourd'hui avocat au barreau de Rabat.
S'identifier pour envoyer des commentaires.